Le syndrome métabolique équin (SME) est un trouble du métabolisme énergétique des poneys et des chevaux, qui se caractérise par du surpoids ou de l’obésité, une résistance à l’insuline et une fourbure. Ce sont surtout les chevaux jeunes à d’âge moyen qui sont touchés. Le SME est similaire à une forme de diabète chez l’homme (diabète de type 2). Les chevaux, poneys et ânes facilement nourris sont plus souvent touchés par le SME que les pur-sang, par exemple. L’obésité est d’une importance centrale dans la maladie.
L’origine exacte du SME n’a pas encore été entièrement clarifiée. La résistance chronique à l’insuline semble jouer un rôle important. La résistance à l’insuline est le résultat d’un apport calorique excessif et de l’obésité qui en résulte
Les niveaux accrus d’insuline et de sucre dans le sang peuvent être mesurés dans le sang et utilisés pour diagnostiquer la maladie.
L’un des premiers signes du SME est une baisse des performances. Le principal symptôme est l’obésité. Les dépôts de graisse peuvent se produire régionalement (par exemple, la crête de la crinière, la base de la queue) ou généralisés. Il est généralement très difficile de réduire l’obésité en limitant l’alimentation et les patients prennent du poids malgré un “régime hypocalorique”, principalement en raison de la trop bonne qualité du foin nourri. La fourbure aiguë ou chronique est une autre constatation clinique importante du SME, celle-ci est favorisée par la résistance à l’insuline
L’objectif du traitement est la perte de poids et l’amélioration de la sensibilité à l’insuline. L’obésité et la résistance à l’insuline doivent être réduites en limitant l’alimentation, en changeant d’alimentation et en évitant les pâturages.
Il ne fait aucun doute que l’obésité est un problème grave chez les chevaux et les poneys. La cohérence est le facteur clé d’une perte de poids réussie. Un changement d’alimentation est essentiel pour parvenir à une perte de poids et minimiser le risque de fourbure.